Comment écrire un bon article de blog en 3 étapes

Animer un blog et proposer du contenu informatif régulier à ses visiteurs est une excellente idée pour générer un trafic qualifié sur son site internet, et optimiser sa visibilité sur le net.

Oui mais voilà, écrire un bon article de blog peut s’avérer être un exercice de style long et fastidieux. Rassurez-vous, avec un peu de pratique et en suivant les 3 étapes listées ci-après, le blogging n’aura bientôt plus de secret pour vous.

Alors à vos stylos et en route pour une communication écrite simple et efficace !

Etape n°1 : un titre accrocheur et un thème précis

La première étape d’un bon article de blog est d’en soigner le titre qui doit poser le sujet et être suffisamment accrocheur pour donner envie de cliquer.

Mettez-vous à la place de vos lecteurs en pensant à ce qui les intéresse et à ce qui peut les inciter à aller consulter votre article plutôt que celui du voisin.

Par ailleurs, veillez à parler d’une problématique précise et à ne pas vous disperser. Si le sujet que vous abordez est vaste et que différents points peuvent être développés, n’hésitez pas à rédiger plusieurs articles que vous pourrez lier entre eux.

Gardez en tête que l’internaute cherche une réponse précise et qu’il est inutile de le noyer d’informations.

Un exemple : vous souhaitez parler du thé, de ses qualités gustatives, de sa fabrication et donner des conseils pour bien le préparer ? Vous avez là de quoi écrire vos 3 prochains billets éditoriaux !

Enfin, notez que le titre va déterminer le title de votre page qui est essentiel au référencement naturel. Il doit donc contenir le mot-clé principal que vous aurez défini en amont et ne pas dépasser 65 caractères, espaces compris.

Etape n°2 : un plan clair et structuré

Après avoir choisi le thème et le titre de votre article, place au contenu. Mais avant de commencer la rédaction, vous devez établir un plan clair et structuré avec différents paragraphes. Une étape essentielle qui vous aidera à organiser vos idées !

Là encore, les sous-titres doivent, si possible, contenir certains mots-clés qui permettront aux moteurs de recherches de bien comprendre de quoi vous parlez.

Pour vous aider à structurer vos rubriques et être certain de ne rien oublier, utilisez la méthode des 5W qui n’est autre que la réponse aux questions suivantes :

  • Who : détermine qui est votre lecteur cible
  • What : pose le sujet précis de l’article
  • When : apporte des précisions sur la durée de l’action, ou bien quand ça se passe
  • Where : situe l’action
  • Why : définit l’objectif, le pourquoi du sujet

Puis répondez aux questions complémentaires « How » et éventuellement « How much » pour informer votre client/prospect de « comment faire » et « combien ça va lui coûter ».

Ces informations sont à mettre directement dans l’introduction (ou chapeau) de votre article afin d’apporter tout de suite les réponses essentielles aux questions de votre visiteur qui, rappelons-le, accorde très peu de temps à la lecture sur internet !

Etape n°3 : une rédaction de qualité

Après l’élaboration du plan, il ne reste plus qu’à compléter les paragraphes qui doivent être concis et aller à l’essentiel. Soignez la rédaction et adoptez une tonalité dynamique pour ne pas lasser votre lecteur et maintenir son attention. Privilégiez les phrases courtes (environ 15-20 mots) et utilisez du vocabulaire simple et compréhensible.

Si vous devez employer des termes techniques, pensez à les expliquer sans trop entrer dans les détails.

Faites attention à l’orthographe, à la grammaire et à la ponctuation et bannissez les tournures alambiquées, au risque de perdre votre lecteur !

Afin d’éviter les répétitions (avec notamment l’intégration des mots-clés), abusez des synonymes qui, encore une fois, vont aider Google à bien comprendre de quoi vous parlez.

Concluez avec un appel à l’action pour encourager votre visiteur à mettre en application vos bons conseils et à l’inciter à commenter, noter et partager votre article (également utile pour le SEO !).

Enfin, faites plusieurs relectures à voix haute et n’hésitez pas à solliciter un proche ou un collaborateur pour vérifier le rendu de votre prose.

Il ne reste plus qu’à vous mettre au travail !

Et si on en parlait ?