Webmarketing et pollution numérique, quelles solutions ?

4 octobre 2021

Indispensable à une bonne visibilité, le webmarketing fait très certainement partie intégrante des actions marketing de votre entreprise.

Or, quand on sait que l’usage du numérique émet 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (source), soit près de la moitié de l'empreinte carbone de l'industrie de l'automobile mondiale. Et que ce chiffre tend à doubler d'ici 2025...

La question se pose de savoir comment faire pour être visible en ligne tout en limitant l’impact environnemental de notre communication digitale.

Pour répondre à cette problématique, j’ai fait appel à deux experts de l’éco-conception web.

Milena Gatelier, graphiste et web designeuse freelance, créatrice de sites internet éco-conçus Anelym basée à Grenoble. Et Guillaume Gueyraud, développeur web, co-dirigeant de l’agence digitale verte GreenAssembly située à Annecy en Haute-Savoie.

Tous les deux ont eu la gentillesse de partager avec moi leur façon de mettre la technologie au service de la créativité. Le tout de manière éthique et durable !

Découvrons tout de suite les solutions qu’ils préconisent pour concilier webmarketing et pollution numérique avec la création de sites internet éco-conçus… et fiers de l’être 😊

Préconisation n°1 : cibler les bons mots clés

Outil marketing incontournable, le site internet vous permet de présenter votre marque. Il vous aide aussi (et surtout !) à trouver plus de clients grâce aux résultats des moteurs de recherche.

Or, saviez-vous que pour répondre à une requête tapée sur Google, le moteur de recherche parcourt des milliers de kilomètres de câbles pour afficher ses réponses ?

Alors pour limiter le nombre de va-et-vient inutiles, nos experts recommandent de bien travailler les mots clés et longues traînes des pages web. En effet, en répondant aux demandes précises des internautes, le temps de recherche est moins long. Les aller-retours jusqu’aux serveurs de Google moins nombreux. Et la consommation énergétique déployée pour répondre à une requête moins énergivore. CQFD

En tant que rédactrice web, j’ajouterai que cibler les bons mots clés est aussi un moyen d’attirer des prospects qualifiés sur votre site internet. Et donc d’augmenter votre taux de conversion plus facilement 😉

Préconisation n°2 : limiter le nombre de fonctionnalités

Afin de réduire la surconsommation d’un site internet, nos experts de l’éco-conception web ne développent que les fonctionnalités vraiment utiles à leurs clients.

Car il faut savoir qu’un site internet conçu via un CMS tel que WordPress ou Shopify propose un grand nombre de fonctionnalités… dont la plupart ne sont bien souvent pas utilisées.

C'est pourquoi Guillaume et son associé Vincent Bréhaut développent des sites internet sur-mesure comprenant les fonctionnalités essentielles à leurs clients. Ni plus, ni moins.

Milena a codé un Template de base qu’elle personnalise en fonction des besoins de ses clients, comme la bibliothèque de menus responsifs qui ne propose que les onglets à afficher.

En arrivant sur un site internet, les requêtes envoyées au serveur pour afficher les pages sont ainsi réduites au minimum, limitant leur consommation d’énergie.

Préconisation n°3 : opter pour un site au design épuré

Parce que le temps de chargement d’une page web consomme beaucoup d’électricité, nos experts du digital écoresponsable sont adeptes du design graphique minimaliste.

  • Les textes et les visuels sont choisis pour leur pertinence, afin de répondre aux attentes réelles des visiteurs.
  • Le poids des images et la durée des vidéos sont optimisés pour être les moins énergivores possibles.

Chez GreenAssembly, Guillaume et son équipe utilisent des technologies modernes très performantes garantissant un affichage sécurisé et rapide.

Milena utilise des formats SVG pour limiter au maximum le poids des images sans pour autant pénaliser la qualité.

Par ailleurs, un site au design épuré est un site qui dure plus longtemps. En effet, plus les pages d’un site web sont légères, mieux elles sont téléchargeables sur les mobiles. Y compris sur des versions datant de plusieurs années ! Ce qui est un bon moyen de lutter contre l’obsolescence programmée 😉

Enfin, Milena et Guillaume me confirment qu’un site internet ergonomique et rapide à charger est garant d’une navigation optimale. De quoi booster votre référencement naturel SEO, Google mettant en avant les sites légers avec une bonne expérience utilisateur !

Préconisation n°4 : choisir un hébergeur eco-friendly

La révolution internet tient en 3 mots : stockage de données. C’est en effet grâce au cloud que n’importe qui peut recevoir ses emails, visionner une vidéo, consulter ses réseaux sociaux, échanger en visioconférence, avoir accès à n’importe quel site web… et ce, de n’importe où (ou presque !).

Oui mais voilà. Pour stocker toutes ces données, les serveurs tournent 24/24 et doivent être maintenus à une température stable pour éviter de surchauffer. La consommation des data centers représentait 4 % de la consommation énergétique mondiale en 2015 (source) et elle ne cesse de croître !

Pour réduire l’empreinte écologique d’un site internet, Milena et Guillaume conseillent de choisir un hébergeur vert si possible local, utilisant des énergies renouvelables pour alimenter les serveurs et le système de refroidissement.

Certains prestataires cloud vont même plus loin en s’engageant auprès d’acteurs agissant pour le développement durable afin de compenser leurs émissions de CO2.

Choisir un hébergeur eco-friendly est donc une excellente façon d’allier performance et écologie.

Webmarketing et impact environnemental, ce qu’il faut retenir

En conclusion, il est tout à fait possible de faire du marketing digital tout en limitant les effets néfastes sur l’environnement.

Pour ce faire, les conseils de nos experts en éco-conception web sont les suivants :

  • Choisir les bons mots clés pour optimiser les requêtes des internautes et, ainsi, limiter les échanges de données.
  • Intégrer à votre site internet les fonctionnalités dont vous avez vraiment besoin (exit le superflu).
  • Opter pour un design épuré qui, en plus d’être durable, proposera une expérience utilisateur optimale à vos visiteurs.
  • Choisir un hébergeur local et eco-friendly moins gourmand en énergie qu’un hébergeur web classique.

Un grand merci à vous, Milena et Guillaume, de m’avoir aidée pour la préparation de cet article qui me tenait à cœur.

De mon côté, je continue d’appliquer la slow communication tant pour ma stratégie digitale que pour celle de mes clients. Un geste simple pour la planète, un grand pas pour l’environnement 😉

 

Vous souhaitez un site internet à votre image ? Parlez-moi de vous. Je vous aiderai à trouver les bons mots pour mieux toucher vos visiteurs.


Et si on en parlait ?


Inscription à ma newsletter


Deux fois par mois, recevez des conseils et astuces pour vous simplifier la communication !

Avec, en bonus, mes conseils Rédaction pour mettre en valeur vos contenus sur le web.

Un e-book offert lors de votre inscription.
"Ensemble, donnons un souffle unique à votre communication"